encore du partage…

22 février 2011

Je ne peux garder pour moi seule cet extrait d’un mail reçu:

« … hier soir en relisant un livre que j’aime beaucoup : « Araméennes » – qui est un livre d’entretiens avec l’écrivain et poète (maintenant décédé) Jean GROSJEAN – je me suis dit que vous aimeriez sans doute beaucoup le passage suivant (extrait du chapitre consacré aux livres et à la lecture) :
« Alors, je me dois de dire que si un livre est un aérolithe qui peut tomber n’importe où, n’importe quand et qui a à se défendre tout seul et qui devrait donc atteindre une espèce de perfection, il n’est quand même qu’un atome de l’univers et que, si raté qu’il soit, il peut, par hasard, être un jour le recours de quelqu’un. […] Disons mieux. L’univers, sans doute, et notre vie, en tout cas, sont peuplés d’anges, c’est-à-dire de facteurs à tous les sens de ce mot […] Les livres sont des anges qui font du porte-à-porte. Ici, ils n’ont rien à dire, ailleurs ils troublent ou ils réveillent, plus loin ils sauvent un coeur qui périssait. […] On devrait trouver dans un livre ce qu’on devrait trouver dans une personne : une illumination plus ou moins bien révélée, ou une expérience de première ou de seconde main, ou un archétype plus ou moins revécu ».
Voilà, c’est un peu long mais je n’ai pas pu m’empêcher de penser aux livres de Claire. »

Comme quoi un partage en amène un autre et ainsi de suite… Je donne, je reçois.

 Il me semble que c’est le principe même de l’amour fraternel qui unit tout humain possèdant même la plus petite des âmes. Si par bonheur nous étions capables jour après jour de lui donner autant de réalité que dans ce simple échange… comment dire… « virtuel »? Non, n’est-ce pas Geneviève pas virtuelle notre « amitié », du moins je ne le ressens pas ainsi. Merci pour ce passage que j’ai vraiment « goûté » et que je vais user à force de relire. Vous ne m’en voudrez pas d’avoir eu besoin de le partager aussi?


L’arbre qui marchait sur la tête de Claire

23 novembre 2010
Ce jour j’ai terminé d’archiver le livre de Claire dans mon ordi. Je le tiens GRATUITEMENT à disposition de quiconque me le demandera. Je rappelle que Claire à elle même financé l’impression de son témoignage pour l’offrir. Je trouve du plus mauvais goût et une preuve de petitesse inouïe le fait aujourd’hui de les mettre à la vente sur des sites d’enchère comme e-bay ou price-minister.

Claire

12 juin 2009
Le retour de Claire…
Mais juste pour une info: si vous connaissez "Prière des jours" de Panorama,
 surprise!
La première semaine  de ce numéro d’été (à partir du 1° juillet)
c’est elle que vous retrouverez si vous choisissez de sacrifier quelques euros.
Une sélection de quelques unes de ses réflexions/méditations introduira nos prières de ce début d’été. Bon!!
Pas plus ce soir:  ma main droite refuse le clavier… 


Joy

25 août 2008
Longtemps que je ne vous ai pas parlé de mes lectures. Pas bien.
Donc cet été plusieurs ouvrages sont passés entre mes mains; mais il y en a un qui mérite vraiment que vous le découvriez.
Je vais donc essayé de vous mettre l’eau à la bouche! Ceux qui connaissent "Jade et les sacrés mystères de la vie" comprendront tout de suite si je précise que mon livre est du même auteur: François Garagnon. Je ne vous fait pas languir davantage, le titre: "Joy et la divine quète du bonheur".
Mais ne vous y trompez pas… Joy n’est pas Jade.
Nous sommes toujours dans une quête spirituelle mais, à mon sens, beaucoup plus approfondie encore. D’ailleurs, je vous préviens tout de suite: 465 pages. J’ai eu la prétention, quand a commencé mon émerveillement, de vouloir répertorier les pages où je tenais vraiment à relever un passage: impossible! Il me faudrait presque recopier tout le livre!
Mais l’éditeur a eu la riche idée de faire un index, en fin de livre, des passages les plus plus plus beaux 
Je préfère, plutôt que d’y puiser, vous partager une petite fin de phrase qui a retenu mon attention, juste avant que je ne referme le livre:
"… les sourcils en accents circonflexes et le coeur en alléluia."
J’ai pensé:
"Tiens… c’est un peu moi çà.
Toujours tant de questions, tant de doutes mais sans que jamais ma foi profonde ne soit atteinte."
Puis en y pensant encore un peu plus:
"Tout compte fait il vaut mieux çà que l’inverse. Alléluia!!"
Si l’envie vous est venue de lire Joy, ce livre est édité par Monte-Cristo.
Paix royale!

Les mains d’Elsa

2 janvier 2007
Un très beau poème de Louis Aragon que je viens de redécouvrir.
 
Les mains d’Elsa

Donne-moi tes mains pour l’inquiétude
Donne-moi tes mains dont j’ai tant rêvé
Dont j’ai tant rêvé dans ma solitude
Donne-moi tes mains que je sois sauvé

Lorsque je les prends à mon pauvre piège
De paume et de peur de hâte et d’émoi
Lorsque je les prends comme une eau de neige
Qui fond de partout dans mes mains à moi

Sauras-tu jamais ce qui me traverse
Ce qui me bouleverse et qui m’envahit
Sauras-tu jamais ce qui me transperce
Ce que j’ai trahi quand j’ai tressailli

Ce que dit ainsi le profond langage
Ce parler muet de sens animaux
Sans bouche et sans yeux miroir sans image
Ce frémir d’aimer qui n’a pas de mots

Sauras-tu jamais ce que les doigts pensent
D’une proie entre eux un instant tenue
Sauras-tu jamais ce que leur silence
Un éclair aura connu d’inconnu

Donne-moi tes mains que mon coeur s’y forme
S’y taise le monde au moins un moment
Donne-moi tes mains que mon âme y dorme
Que mon âme y dorme éternellement.


Rencontre avec l’auteur

7 novembre 2006
Au hasard de ma promenade, je viens de découvrir cet interview de Marek Halter. Il nous parle de son livre, de Marie, des femmes de son temps, de son pays. Mais il fait le lien avec aujourd’hui. A lire je trouve.

Des nouvelles de mes lectures

5 novembre 2006
Il y a longtemps que je n’ai pas parlé de mes lectures. Alors, trois nouveaux livres pour moi importants que j’ai envie de vous faire connaitre:
 
  • Apprendre à vivre – traité de philosophie à l’usage des jeunes générations -LucFerry.

D’accord, jeune génération… je suis plus vraiment concernée. Je m’étais dit qu’avec ce livre je serais peut-être un peu plus capable de comprendre. Bof… Encore trop compliqué pour être un livre de chevet. J’ai donc momentanément abandonné mais je ne m’avoue pas vaincue. Je recommencerais mais de façon studieuse c’est-à-dire assise à un bureau avec dictionnaire et carnet pour prendre des notes.

Un point positif néanmoins, grâce à ce livre, j’ai lié amitié avec Antoine. Un de la jeune génération!!

 

  • Marie – Marek Halter.

Merci Caro et Pym pour le cadeau!

Je dois dire que cette fois, Marek Halter a su me décontenancée. Après avoir lu la "trilogie" (Sarah, Tsippora et Lilah) je suis partie sans méfiance à la rencontre de Marie. Puis au fil des pages, je me suis sentie mal à l’aise. Mais comme j’aime l’écriture de Marek Halter, je suis allée au bout de ma lecture. Quand j’ai refermé le livre, il m’a fallu un temps de réflexion pour comprendre pourquoi ce malaise.  Je me suis aperçue que je n’avais jamais pris la peine de réfléchir au-delà de l’image un peu stéréotypée que nous avons de Marie. Marie qui dit toujours "oui" et dont on sait peu de choses si ce n’est qu’elle est Mère … A la fin, je l’aime bien cette Marie que Marek Halter m’a présentée. Marie enfant avec un caractère affirmé, entier. Marie jeune femme révoltée, insoumise. Marie mère qui culpabilise… En un mot Marie qui devient davantage "humaine" tout en restant Marie du "oui"!

 

  • En blanc dans le texte – Jean Debruynne.

C’est ici une relecture. Sans doute pas la dernière. Ce livre est pour moi un don a plusieurs titres. Sa première lecture est marquée à jamais dans ma mémoire. Je suis encore plongée dedans et traine en route car je n’ai pas envie de finir. C’est trop fort et trop intime pour que je puisse en parler ici. Je vous en recommande juste la lecture.