Comme un point d’orgue

22 janvier 2017

                    moi

         Mais oui, c’est bien moi. Moi Geneviève, la brebis toujours aussi égarée je crois bien. Rappelée ici par… Geneviève!                                                     Une belle histoire amicale pour clôturer une belle journée dominicale. Mais pas facile de reprendre les commandes du navire abandonné, c’est à dire ce blog. J’avais quand même l’enviede mettre en mémoire la curiosité procurée par cette bouteille à la mer que j’ai ramassée au bord du rivage de ma boite mail. Le bouchon tenait bien, mais j’ai réussi à l’ouvrir avec une joie que je veux partager. Sept ans plus tard, certes. Mais toujours amies « épistolaires » et pas « virtuelles »!

Merci Geneviève.


J’ai oublié de vous dire… Joyeux Noël!

28 décembre 2010

Mes voeux de Noël cette année ont été accompagné d’une vidéo. En voici les mots:

« Dites, dites, si c’était vrai
S’il était né vraiment à Bethléem, dans une étable
Dites, si c’était vrai
Si les rois Mages étaient vraiment venus de loin, de fort loin
Pour lui porter l’or, la myrrhe, l’encens
Dites, si c’était vrai
Si c’était vrai tout ce qu’ils ont écrit Luc, Matthieu
Et les deux autres,
Dites, si c’était vrai
Si c’était vrai le coup des Noces de Cana
Et le coup de Lazare
Dites, si c’était vrai
Si c’était vrai ce qu’ils racontent les petits enfants
Le soir avant d’aller dormir
Vous savez bien, quand ils disent Notre Père, quand ils disent Notre Mère
Si c’était vrai tout cela
Je dirais oui
Oh, sûrement je dirais oui
Parce que c’est tellement beau tout cela
Quand on croit que c’est vrai. »   Jacques Brel

 C’est tellement beau même quand on ne doit pas en parler… C’est tellement beau quand une ado trinque avec moi « à Jésus pour toi! » alors qu’elle trinque « avec » moi à Jésus… c’est tellement beau. Oui, c’est tellement beau quand on croit que c’est vrai. Oui, je dis « oui »,  sûrement.

21 décembre 2010

Elle avait alors 20 ans. Ils avaient dit: « c’est la plus débile de tous » et aussi: « elle ne progressera plus ». Ben nous, on les a pas cru.

 Elle aura 40 ans dans quelques semaines. Hier soir, elle nous a encore prouvé qu’on avait raison. A la fin du repas au restaurant, alors que je m’apprêtais comme d’habitude à lui proposer les desserts compris dans le menu pour qu’elle choisisse, elle a rendu le menu en disant: « moi je veux la poire Belle-Hélène! » Surprise… interrogations… puis: « Ben oui c’est écrit là. » Elle nous la montré et c’était çà. Un peu comme une belle histoire de Noël. Moi je l’ai ressenti comme çà et j’avoue… quelques larmes….

Cool non?? 🙂 🙂 🙂


c’est bon!!!

7 mai 2010
Je sais partager mes coups de gueule, mais aussi mes bonheurs!
 Donc:
Trop bon de voir "mes bordelaises" par webcam ce soir, pour la première fois !! 
Ma doudoucette a une coiffure de grande. Elle a vu que sa maman était allée chez le coiffeur et, à la première occasion, elle a voulu y aller aussi. Elle a eu bien raison: sa coupe au carré lui va si bien… elle me rappelle vraiment sa maman enfant comme çà.
Vraiment, çà m’a fait extrèèèèèèèèèèèèmement de bien une belle surprise comme çà!

Des fleurs à partager

8 mars 2010
Elles sont si belles pour les yeux et le coeur que je ne peux me résoudre à les garder pour moi toute seule. Les roses m’ont été offerte par mon cher et tendre et l’orchidée par mon gendre et ma fille.
 
 

    


De retour

11 juin 2009
Enfin je vous retrouve… Presque un mois de presque désert. Carême après ou avant l’heure. Peut-être parce que j’étais restée "sur ma faim" justement pendant le carême? Contre toute attente ce sevrage ne m’a pas complètement déplu. Certes ces derniers jours çà commençait à être difficile. Mais j’ai aimé ce temps de "vacance". Pourtant il me tenait, d’une certaine façon, éloignée de mes proches. Mais je l’ai vécu comme un don du ciel: un moyen de faire retraite tout en restant à la maison. Dans ma campagne. Soleil, oiseaux, cerises, famille, fleurs, bricolage, pluie, silence, odeurs… toutes "choses" courantes, anodines, usées et pourtant redevenues nouvelles, importantes, précieuses. Je sais pourquoi. Parce que dès le début je me suis sentie interpelée, accompagnée, guidée. Alors si ce soir je dis merci pour avoir retrouvé internet, je dis aussi Merci pour ces journées différentes. C’est bon de sentir la Présence du Seigneur de façon si… j’ai envie de dire réelle, palpable! Bref, toute chose est bonne pourvu qu’on l’appréhende avec intelligence diront certains… pour moi toute chose est bonne sous le regard de Dieu.
Voilà pour ce soir. Claire reviendra sans doute demain et peut-être aussi vous raconterai-je notre pèlerinage à Rome.


cadeau

13 mars 2009

Sans doute le beau temps qui semble s’installer qui me pousse à partager avec vous. Quelques roses: 5 rouges et 3 blanches pour 53 ans, quelques branches de Forsithia qui annoncent enfin le printemps tant espéré, et une bougie… prolongement d’une autre qui brûle quelque part en Bretagne.
 

Yallah!

22 octobre 2008
Lettre à soeur Emmanuelle,
Oui, j’ose. Un peu tard mais je crois malgré tout que cette lettre sera lue. Depuis longtemps quand je suis assise à mon bureau et que je lève la tête, vous êtes là, face à moi et nous discutons et prions ensemble toutes les deux! J’ai toujours eu envie de vous rencontrer. De partager un moment avec vous cet amour commun pour le Christ et pour l’autre. La vie ici ne l’a pas voulu, je prend donc juste peut-être un peu d’avance sur le futur?
 
Une façon de me préparer à cette question rémanente dans votre discours:"qu’as-tu fait de beau aujourd’hui?" Ben tiens, tout d’abord je vais moi aussi adopter ce tutoiement qui rapproche c’est vrai. Donc tu me demandes ce que j’ai fait de bon aujourd’hui… Tiens, j’ai déjà une grande soeur qui me pose ce genre de question… Pas grand chose serai-je tenter de répondre. Mais en y réfléchissant à deux fois, il me semble que tous ces "grands" interrrogés tout à l’heure à Paris (tu sais: ceux qui sont allés te rendre hommage à ND de Paris) ne songent encore et toujours qu’aux "grandes" choses, les plus médiatiques, celles qui en finalité dans leurs esprits peut-être, feront plus pour eux que pour "l’autre". Alors bien sûr des choses comme celles auxquelles ils font référence je n’en ai pas accompli. J’ai juste essayé de prendre soin de ma famille. Banal. Vaisselle, cuisine, repassage. J’essaie aussi de "penser" ma rencontre Mej de demain. Tu vois, rien de très grand mais seulement ce qui m’implique personnellement dans la vie qui m’est offerte. Mais je ne suis pas sûre que ce soit rien en même temps…
  
Mais ce n’est pas de çà que je voulais t’entretenir. Je me demandais juste ce que tu en as pensé toi de cet hommage des grands? N’aurais-tu pas préféré des actes vers ceux que tu aimes plutôt qu’une messe médiatique? Autre question: Quand je me suis emportée parce que les journalistes qui s’étaient tus pendant la lecture en français se permettaient de couvrir de leurs bavardages la même lecture en arabe, mon mari a, à juste titre à mon avis, comparé çà aux sifflets de l’hymne national dans les stades. Comment inculquer le respect si on n’est pas respectueux soi-même? Aurait-on dû interrompre cette messe pour le manque de respect vers le peuple arabe qui ne pouvait du coup pas entendre? Tu vois j’ai toujours du mal avec "fais ce que je dis, pas ce que je fais". Un prêtre de mes amis te dirait combien çà me perturbe! Peut-on avoir valeur d’enseignement si on ne respecte pas soi-même les règles?
Encore une chose qui m’a génée: Les personnes présentes dans la cathédrale n’auraient-elles pas dûes être celles qui n’avaient pas de cartons d’invitations et celles qui étaient dedans sur invitations n’auraient-elles pas dû offrir leurs places aux autres justement? Enfin, c’est ma vision de la charité… Je me trompe?
 
Plus j’écris et plus j’ai encore de choses à te dire mais… je vais plutôt lever la tête que taper sur mon clavier.  Je te retrouverai mieux dans le silence de ma prière que dans le foisonnement de mes pensées. Ta place face à moi près de la croix de Jésus reste la bonne place. Rien n’est changé.
Merci pour ta présence.
"Le Seigneur fit pour moi des merveilles"

Marie…

15 août 2008
Pour écrire ce billet, j’ai choisi une couleur.
Bleue.
Bleue… comme les yeux de ma petite-fille qui dans un "Mamilie" met déjà tant de tendresse.
Bleue… comme le ciel cet après-midi qui redonnait un goût d’été à ce mois d’août plutôt frais.
Bleue… comme la nappe qui recevait ce soir notre repas partagé en famille "élargie".
Bleue… comme la ceinture dont on te pare le plus souvent Marie.
Alors ce soir je pense:
Bleue… couleur de l’Amour!
Réjouie-Toi Marie comblée de grâce, Tu es bénie entre toutes les femmes…

Jeunesse Lumière et MEJ

8 juin 2008
Partager à chaud… c’est pas facile mais tellement plus chargé en émotions…
Par où commencer?
Le sujet d’abord bien sûr!
Un week-end "cohésion" serait je crois la définition exacte.
Oui, nous avions le désir de "lier" un peu nos groupes Mej.
De mes petits F’nous au grands EA (Equipes Apostoliques!).
Bon, les plus grands n’ont pas joué le jeu.
Mais révisions et exams les excusent.
Le verbe… ben… le Verbe!!
C’est cela.
 Le verbe définissant l’action,
 il est juste d’admettre que Lui seul pouvait faire "prendre la mayonnaise"!!
Le complément de lieu:
Un petit coin de campagne montagneuse,
un ancien séminaire,
aujourd’hui  école "Jeunesse-Lumière".
Des arbres, des fleurs,
du calme…
(enfin, j’avoue que nous avons amené un peu de perturbations à ce niveau!).
Complément de manière:
Prière! Ah… comme c’est tellement çà pour moi!
Comme ces prières qui rythment le jour, la vie,  c’est bon!
Plus besoin de montre. D’horloge.
C’est un peu comme si la machine enfin laissait la place à l’homme, à l’Homme.
Laisser le temps retrouver sa place naturelle.
Chanter… prier… prier… chanter…
petit à petit lâcher prise…
sentir la paix, Sa Paix s’installer…
 
 
Il manque quoi encore pour construire ma phrase…
Complément d’émotions çà existe? Non? Ben je le crée alors:
 

imaginez une magnifique, minuscule chapelle, style byzantin…
petit temps de prière personnelle et… solitaire.
 Mais… surprise, Surprise!
finir par une dizaine à Marie… à deux! Main dans la main…
Bonheur! (Merci!)
J’ai oublié donc de vous dire: j’avais réquisitionné mon époux!
 
Aussi retrouver mes "p’tits gars"…

Plus particulièrement je citerai Luiz…
Luiz qui aura toujours une place particulière dans mon coeur 
puisque je l’ai "adopté" comme filleul dans mes prières spéciales "vocations".
Bref, c’est une histoire entre Lui… z  et moi!
Bien sûr Christoph et Pierre, je ne les oublie pas.
Surtout que Pierre reste JL une année de plus,
 donc sans doute possibilité encore de se voir.
 
Enfin, côté "cohésion" je crois qu’au moins, côté animatrices,
avoir vécu ces deux jours ensemble nous a permis de nous rapprocher.
La marche avec l’une vers la chapelle dans la "montagne"
fut l’occasion d’un partage,
 par exemple sur  ce qui a motivé notre engagement dans le MEJ.
Ce qui nous a séduit depuis, ce qui nous gêne…
Avec la plus jeune, un délire photo/dentifrice
 avec fou-rire à la clé a été un bon moment aussi (tenir compte que je suis la grand-mère du groupe!)
La présence sur une partie du séjour de notre animateur/aumonier
 était aussi pour moi très riche de sens pour les enfants.
Je déplore un peu le manque justement du côté "eucharistique" dans nos équipes,
qu’il soit là comme animateur, mais aussi comme prêtre
 je trouve que c’était si important aux yeux de nos jeunes!
Avec les enfants, les jeunes qui sont restés sur les deux jours… que dire?
Qu’ils ont fait contre mauvais temps bon coeur
 quand le camping sous tentes est devenu camping en salle?
Qu’ils ont tout naturellement été à la rencontre des JL
pour profiter le plus largement possible de ces deux courtes journées avec eux?
Je pense sincèrement qu’ils ont reçu, donné, donné, reçu.
Je citerai  la rencontre d’une fillette adoptée, d’origine lettonne,
"cadeau" pour une "JL" lettonne
qui s’est sentie un peu moins seule dans notre coin de France,
et qui a reçu d’elle un peu de sa culture d’origine.
Par exemple, la légende qui se rattache au drapeau de leur pays…
Petite rencontre… par hasard? Plutôt par Hasard je crois moi!
Puis il y a eu le djembé offert à ce jeune qui est resté avec nous.
Seul "grand" garçon au milieu des filles…
Ses larmes de reconnaissance étaient si émouvantes…
 
 
Voilà… il ne manque que le point final à ma phrase…
Mais j’ai toujours aimé les points de suspension moi!
Je sais enfin pourquoi!!!