Deuxième édition: GRRRRRRRRRRR!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

7 mai 2010
Ben voilà! Quand trop c’est trop ben… ça déborde.
Alors que nous rentrions épuisés d’Albi où Mamie a été admise cet après-midi au service de psycho-gériatrie, avec tout ce que çà comporte comme "dommages collatéraux" disons, pour reprendre une expression récente et bien pensée de notre fils, "voilà-t’y-pas" qu’un de nos plus proche voisin que nous ne voyons JAMAIS débarque la bouche en coeur, bisous et tout et tout,  avec à la main une enveloppe à notre nom portant l’en-tête "les amis de Vertus". La-dite enveloppe contenant je l’ai compris aussitôt (c’est l’époque et pourquoi autrement serait-il là?)  l’invitation au repas de quartier dont les "bénéfices" sont censés financer  la réfection de la chapelle (depuis plusieurs années mais on n’a encore vu aucun travaux mais bon…). Ben çà ne l’a pas fait…. Il est reparti avec son enveloppe dans la minute. Sans violence, sans autre explication que vraiment là… c’était pas le moment et que son enveloppe je ne la prendrais même pas! Mais avec assez de persuasion dans la voix et le regard je pense. En plus ils devraient bien avoir compris depuis le temps: on n’y va jamais à ce repas!! Et si je vous en parle… c’est parce que c’est maintenant que tout ce que j’avais envie de lui dire remonte: Qu’on se le dise: JE N’AI PAS D’AMIS A VERTUS!! Et surtout pas ce monsieur que j’ai vu à l’époque frapper vertement sa fille car elle avait eu le malheur de venir chez nous jouer avec mes enfants. Et la chapelle pour moi elle peut bien tomber. Elle ne sert à rien. Elle n’est que le vestige de leur enfance et jeunesse perdue. Comme je ne suis pas de là (puisqu’on me l’a bien rappelé quand nous avons acheté notre maison) pour moi elle ne représente qu’un tas de pierre en train de s’écrouler. Et en bon "catho" qu’il est il devrait plutôt penser à collecter des fonds pour les miséreux. Là ils auraient plus de chance de m’inciter à participer…
Voilà. Tu disais grand’soeur? Que çà va sans dire mais que çà va bien mieux en le disant? Tu as raison, çà soulage au moins!

GRRR!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

6 mai 2010
Ce soir je passais mon temps en me promenant de blogs "ami" en blog "ami" et je dois dire que pour une fois çà ne me divertit pas du tout. Je suis fatiguée. La raison sans doute qui ne me permets pas d’accepter davantage l’hypocrisie! Alors sur l’un d’eux, j’ai failli poster la réponse suivante à un billet qui dénonçait en moralisateur la solitude :
" Ce soir je vais être désagréable mais j’ai besoin de "laisser déborder". Vous me faites rire (ou pleurer?) avec vos grand laïus sur la solitude, l’écoute et l’attention etc… Je suis fatiguée de cette église ou les paroles sont vides. Des mots… encore et toujours des mots. Mais des mots froids, des mots qui trichent. Des mots qui ne se pré-occupent pas des maux. Des mots copiés/collés. Ils sont beaux mais… juste pour la façade. Il n’y a rien derrière. Que du silence, de l’indifférence (quand ce ne sont pas des reproches orgueilleux!), de l’absence… Mensonge que de croire en "la grande famille". De plus en plus difficile le "je crois en la Sainte Eglise catholique"… sans doute parce qu’elle ressemble si peu à la charité… où alors c’est: "charité bien ordonnée commence par soi même" et çà, c’est pas ce que je comprends dans « charité ».
 

Pardon Mon Dieu si je t’offense. Pardon Seigneur si je te blesse. 

Pardon X…, c’est pas envers toi qui donne ton maximum (enfin, je le crois…) ni spécialement pour toi L… (ne me refais pas le coup de la" persécution", c’est pas le moment). 

Parfois… çà fait du bien de pousser un cri "silencieux" avant de « quitter le navire ». "

Je ne l’ai pas" posté", parce que le désir de ne pas blesser l’a emporté, mais j’ai qu’en même besoin de le pousser ce grand coup de gueule!! Alors, comme ceux qui passent par ici ne sont sans doute pas les mêmes qui passent ailleurs, je me laisse aller… et çà va faire du bien. Je ne laisse pas les identités car malgré tout on ne sait jamais…

 Des mois que nous nous débattons  seuls face à nos soucis: santé, famille, finances… Maurice (camerounais) que nous avons accueilli pendant 2 mois et pour lequel je me suis faite "reprendre de volée", par une chèèèèère paroissienne en plus, qui au lieu de poser des questions pour comprendre s’est contentée de jouer les grandes dames outragées de ne pas être tenue au courant… Elle ne saura pas que c’est pour les protéger elle et sa famille, parce que Maurice est malade. Il est parti depuis huit jours et lui aussi… pas un coup de fil, pas un mot. Mes "vendredi Mej" que j’assure malgré tout, même si souvent c’est problématique mais à l’occasion desquels personne ne se soucie de savoir si moi je n’ai besoin de rien… Mamie en fin de vie à qui personne ne rend visite… Alors je fatigue encore plus. Si la charité chrétienne il faut la quémander, disons que là aussi je manque d’humilité. Sans doute aurai-je davantage de temps l’an prochain et je ferai comme tous… je penserai à moi, je ne  suis pas plus bête qu’une autre, je devrais savoir faire. Et je chercherai le Seigneur dehors, je crois que je le rencontrerai tout autant… çà ne sera pas difficile!


!!!

15 novembre 2009
Qu’on se le dise: j’aime les gens qui me disent ce qu’ils ont sur le coeur en me regardant dans les yeux. Il n’y a rien qui me blesse plus que les messages qui passent par la bande (les "rapporteurs" ou, ici, les messages persos sur le net). Parce que çà me prive d’un droit de réponse en face-à-face et m’oblige à utiliser les mêmes chemins pour me faire entendre. Et sans la parole donnée et reçu, sans le partage d’opinion direct on part toujours en vrille.
J’exècre çà!!!!!!! 

Réaction face à la « bétise »…

18 mars 2009
Comme il est réconfortant de trouver de telles prises de position dans le sein même de l’Eglise. Quand un blesse, l’autre guérit… ou devrais-je dire "l’Autre"? Parce que je Le reconnais bien dans ce courrier… Merci Monseigneur (Mon Seigneur!) d’oser. Heureusement que mon chemin croise des pasteurs comme celui-ci…
Mais comme c’est difficile parfois de se situer dans cette Eglise si multiple et parfois si dure…
http://catholique-nanterre.cef.fr/Lettre-ouverte-a-Monseigneur-Jose

Ras le bol!

8 janvier 2009
Ras le bol des crampes et douleurs en tous genres. Ras le bol de l’hiver et du froid qui les majorent. Ras le bol des médocs qui servent à rien. Bon en même temps ceux là… l’auto-sevrage est en bonne marche! Ceci explique-t-il celà? Peut-être mais tant pis. Je m’obstinerais!
 

coup de gueule!

8 août 2008
Ras le bol que chaque fois que dans une conversation je ne suis pas en accord avec mes interlocuteurs, on me balance mes valeurs chrétiennes par la figure!! Sous prétexte que je suis chrétienne et fière de l’être, je dois tout accepter. Je ne suis pas sûre que ce soit juste. Si çà l’est et bien, de toute façon, je reconnais être une bien piètre chrétienne; alors çà ne change pas grand chose même si souvent (parait-il) je suis en contradiction avec les dites valeurs!! Voilà. Je devais le dire quelque part, et çà fait du bien!!!

???

27 juin 2008
Que proposer à un enfant qui vient se blottir avec compulsion contre vous? Quelle réponse donner à sa souffrance? Comment combler son manque? …
Comment ne pas en vouloir à ceux qui sont à la source de ce questionnement? …

!!!!!!!!!!

30 avril 2008
coups de gueule ce soir! Pardon. Mais certaines choses me révoltent trop!! Je suis vraiment perdue sur cette planète moi! Des exemples? Ok! Les trois plus récentes:
  1. Réponse d’un responsable de district de foot à mon Mimi qui lui disait un truc du genre "l’homme que je suis…": "il n’y a pas d’homme ici seulement un président de club." Autrement dit une tête de… ballon? Premier GRRR!! Aller jusqu’à nier la personnalité de son interlocuteur…
  2. Une pub qui revient de façon réccurente en ce moment sur nos écrans: un shampoing qui rend vos cheveux mesdames tellement plus beaux grâce à la gelée royale!! Quand tant de nos semblables souffrent de carences! Quelle indécence…  Deuxième GRRRR! Ce shampoing là moi… vous avez compris je vous fait pas de dessin!
  3. J’habite un village qui a la chance de compter trois pharmacies. Enfin, deux et une autre de l’autre côté du pont qui nous sépare de la commune voisine. Ce soir au moment de me délivrer les collyres absolument nécessaires pour vendredi matin 7h30 notre pharmacienne se trouve embêtée, en rupture de stock. Ben vous savez quoi? Elle s’est dépannée chez un confrère. Mais non! Pas celui du village! Ni de l’autre côté du pont. On ne pactise pas! Direction le village plus loin. Une employée est partie faire une quinzaine de kilomètres pour une boite de collyre. Troisième GRRRR! Commerçant ne peut-il pas rimer avec arrangeant?

Enfin bref, çà me rappelle une chanson… une chanson de cabrel que j’aime beaucoup (la chanson et cabrel aussi ):

"Je vais aller m’asseoir sur le rebord du monde

Voir ce que les hommes en ont fait…..

Dieu qui s’est assis sur le rebord du monde

Et qui pleure de le voir tel qu’il est."

 


individualisme: GRRRRRRRRRRRRR!!!!

22 février 2008
Que sont nos jeunes devenus? Eux les contestataires, les réfractaires, les révolutionnaires?
Je les cherche aujourd’hui!
Pourquoi sont-ils toujours demandeurs et jamais (ou rarement allez!) acteurs?
Plusieurs exemples ont motivé ce "coup de gueule".
Le Mej, qui n’a de mouvement pour moi que le mot,
 et où chaque jeune (et quelques uns un peu moins jeunes aussi là, donc: ceux que je côtoie)
fait sa soupe pour lui, dans son coin.
Le foot où joueurs mais aussi jeunes éducateurs savent réclamer  matériel, sorties etc
mais sont toujours absents quand il s’agit de donner de son temps (sans qu’il y ait "plaisir")
 pour aider à faire fonctionner le club. 
Les élections municipales: comment se fait-il que, sur une liste  de 26 ou 27 personnes je ne sais plus exactement, pas un seul jeune de moins de 33 ans qui se soit engagé pour la vie de son village?
Société en devenir… mais devenir quoi?
Des chacuns pour soi?
MON groupe, MON équipe, MA maison, MA vie…
Quel avenir peut-on bâtir sans partage? Sans esprit d’équipe justement…
Sans s’engager et prendre des risques?
C’est un peu trop facile d’attendre tout des autres!!
Mais quand ils se seront lassés tous ces autres, ces anciens,
comment ferez-vous sans vous être jamais frottés aus dures réalités de la vie?
Pour çà il faut accepter de se responsabiliser d’une part
 et de faire partie vraiment d’une équipe d’autre part!
Seul on ne peut rien, on n’arrive nulle part!!!

Pour un car-aime soleil d’espérance!

19 février 2008
Le réveil de Bécassine qui voit venir le Carême… !

Alors vous autres, réveillez-vous ! Réveillez-vous, vous autres !
Arrêtez de rentrer toujours la tête dans les épaules ! Relevez la tête !
Arrêtez de vous laisser marcher sur les pieds en silence !
Réveillez-vous, ceux qui n’ont jamais droit à la parole !

Ceux qui n’ont jamais appris ce qu’il fallait dire
et qui, de toutes les façons, en ont trop à dire pour pouvoir le dire !
Tous ceux qui en ont trop sur le cœur, trop sur les bras, trop sur les reins !…
Réveillez-vous, vous autres, tous les autres !
Ceux qui ne mangent jamais de viande parce que la viande est trop chère…
Ceux qu’on embauche pour une bouchée de pain rassis
et qu’on paie quand on y pense et qu’on en a le temps.
Venez, venez ! Réveillez-vous ! Le ciel est rouge ! Allez ! Debout !
Ceux pour qui c’est toujours lundi et ce ne sera jamais dimanche !
Tous ceux qui n’ont droit qu’aux ennuis, jamais au bonheur pour les hanches.
Tous les travailleurs sans fenêtres qui n’ont jamais vu le soleil ;
Tous ceux qui ont un contremaître sur leur dos qui les surveille.
Tous ceux qui travaillent à la plonge ;
Celles à deux genoux en enfer sur les parquets où elles s’allongent en frottant à la paille de fer .
Venez les mangeurs de pain dur, d’omelettes sans casser d’œufs !
Tous ceux qui vivent au pied du mur , tous ceux qui ont déjà l’air vieux !
…Venez vite vous autres, venez !
et sur le grand tableau noir du malheur ,
on va dessiner un grand soleil d’espérance au beau milieu des fleurs…

Jean Debruynne (extrait d’un jeu scénique « Ce siècle qui a 2000 ans » 1999 )