encore le 21 mars…

"Le principe de l’expansion considéré comme la réponse à l’appel du créateur.
Le Père a les yeux fixés sur un but que je ne vois pas.
Il m’appelle sans cesse. Je ne l’entends pas, mais ce mouvement expansif en moi est peut-être ma réponse, donc la preuve de cet appel.
Ma relation aux autres, à mon père, mon abba, est un arbre qui marche. Qui marche et qui croît en marchant.
Le mouvement d’expansion est perpétuel.
Je grandis, je croîs, j’avance.
                                                                                    *–*–* 
Les paroles de Dieu sont des allumettes, des briquets, des silex, des étincelles placés sur le bord de notre route.
           "Je suis venu allumer un feu sur la terre."
 
Je suis une brebis, un arbre, un enfant, mais aussi une fusée, une bombe, un feu de bengale éteint, et ma mèche est plus longue qu’un jour sans pain.
Il faut que le feu prenne à cette mèche, et c’est la parole de Dieu qui boute le feu.
 
"Pourquoi désespérer…"
Ce matin-là l’allumette a craqué dans l’opacité de ma nuit, et le feu a pris la mèche.
Le feu a pris… et s’est éteint dix centimètres plus loin.
Sur le coup je n’ai pas compris, bien sûr.
C’est aujourd’hui que je comprends.
Le feu prend, et s’éteint par manque de foi et de confiance.
Pendant des jours, il ne se passe plus rien, et un jour une nouvelle parole étincelle rallume la mèche, pour quelques centimètres de plus.
 
Progressivement, presque insensiblement, centimètre par centimètre, la mèche diminue, et je me rapproche du coeur du réacteur, de la bombe en moi, du buisson prêt à devenir ardent.
Je ne peux entrer au royaume qui se construit en moi qu’en état de flamme, de bouquet final, de feu d’artifice.
Je n’aurais jamais assez d’humilité et de confiance pour être dans le bon état d’esprit, dans la brûlure exacte.
 
Parole après parole, centimètre par centimètre… oui c’est vraiment çà. C’est vraiment ainsi qu’elle se fait "l’expansion". Je pense par contre qu’il ne peut y avoir de "bon état d’esprit" ni de "brûlure exacte" non par manque d’humilité ni de confiance mais simplement parce qu’il doit y avoir autant de façon de rentrer dans le royaume qu’il y a d’humains. Abba, Père, nous accueille avec ce que nous sommes… c’est du moins ce que j’espère.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :