Claire…

17 février 2010
Trois billets aujourd’hui. Futilité, réflexion et don… Je ne pense pas que çà deviendra une habitude je vous rassure. 
 
"Mardi 21 février.
Ma faculté de pensée, mon esprit doivent se rapprocher de l’Esprit Saint.
J’unifie ma pensée, sans le désir de l’unir à l’Esprit.
 
Il y a l’idée de fiançailles, je suis dans le désir d’union, mais il faut que j’accepte l’abandon complet, il faut surtout que j’apprenne à ne plus avoir peur.
Oui, je n’ai vraiment plus le droit d’avoir peur, et chacune de mes peurs s’apparente aujourd’hui à une insulte aussi bien envers mon créateur que mon intelligence.
A chaque fois que je crains, que j’ai peur, que ce soit de l’autre, de ne pas comprendre, de ne pas me souvenir, de ne pas être capable, à chaque fois je régresse, je me trompe de voie, j’oublie la puissance de l’Esprit, je me mets en état d’infériorité par rapport à mes possibilités.
Entrer dans la conscience.
Entrer dans la conscience de la réalité."
 
"Il faut que j’accepte l’abandon complet, il faut surtout que j’apprenne à ne plus avoir peur"… c’est toujours là que j’achoppe. Vaincre mes propres résistances, affronter mes peurs, ne pas être paralysée face à ce qui me semble parfois innaccessible mais oser, faire, croire… et accepter de ne pas toujours y arriver. 
Entrer dans la "co-errance" de la réalité… avec conscience.

Les cendres

17 février 2010
Aujourd’hui, mercredi des cendres. Alors que je me prépare, que je cherche et réfléchis ce que vont être pour moi ces 40 jours de car-aime… Est-ce raisonnable d’imaginer encore un "clin Dieu"? Pourtant… Vouloir faire "mieux", "avec" ( ces mots sont en lien avec l’homélie de notre prêtre) çà va devenir "plus"  simple peut-être (même si ce mot est à proscrire, si je suis toujours la-dite homélie). Pourquoi? Ben, il est là le "clin Dieu". Alors que nous nous donnions la Paix du Christ, la dame qui était juste derrière moi me tire la manche: " Vous êtes bien Geneviève n’est-ce pas?" Etonnement… "oui?…" "Moi, je suis la soeur de l’abbé Saintoul." Petit dialogue très court. Rien de plus, si ce n’est l’échange alors d’un sourire qui en disait long… Elle s’appelle aussi Geneviève, la seule fois que je l’ai rencontrée je pleurais à chaudes larmes, au chevet de son défunt frère…  l’abbé Saintoul, sa photo est en bonne place dans mon "coin prière". Il fait parti de "mes" saints. Ceux qui sont disons mes "contempo-saints" ces "anonymes" dont la vie fut pour moi un témoignage. Penser à lui, à la simplicité avec laquelle il nous accueillait dans son bureau à n’importe quel moment, le souci qu’il avait de répondre à nos besoins, la persuasion qu’il mettait dans ses mots pour nous convaincre… Je me souviens notamment d’une discussion que nous avions eu un jour où nous travaillions sur un montage pour les enfants du caté. Il avait coupé, photocopié, adapté bref, donné déjà tant de temps que je finis par dire "Monsieur l’abbé c’est bien comme çà, vous savez le mieux est l’ennemi du bien" alors là, il s’est tourné vers moi d’un bloc "Ah, non!" et m’a prodigué un enseignement que je n’oublierai jamais, qui se résume peut-être par "plus tu viseras le sommet et plus haut tu arriveras"… Mais çà a duré… presqu’une heure tant il s’est voulu convaincant. Alors oui, pendant ce car-aime c’est non pas "plus" ni "moins" mais bel et bien "mieux" ( le mieux?) ,  et aussi "avec" puisque déjà ce cher Abbé Saintoul sera là…. Merci Geneviève… merci pour le "Clin"…Dieu.

Avatar

17 février 2010
Un film que je n’avais pas prémédité de voir. Un film qui ne correspond pas à ceux que je vais en principe voir. Mais un film… à voir!
Parce qu’en 3D avec les effets et l’étonnement que çà sous-entend, parce qu’une imagination fantastique, parce qu’une symbolique qui touchera tous ceux qui aiment leur planète, tous ceux qui croient en… ce qu’ils croient.
Bref, il y avait longtemps que je n’étais pas allée au cinéma, j’aurais plutôt choisi d’aller voir "Oscar et la Dame rose" mais celui-ci je l’ai raté; alors je ne regrette pas ce "divertissement" qui est arrivé à point nommé pour nous qui en avons grand besoin en ce moment… et qui a su nous interpeler et nous rappeler que tout ce qui nous entoure et nous fait vivre (que ce soit matériel ou spirituel) est primordial. Que nous devons préserver ce et ceux qu’on aime.  
Donc si vous avez du temps libre, un cinéma pas loin… dépaysement et réflexion assurés.