Allez Claire, allez on avance…

"Mercredi 15 février.
La liturgie du jour est sur le thème de la patience, du "c’est pas parce que çà ne marche pas du premier coup que çà veut dire que cela ne marchera jamais", avec la colombe de Noé, qui revient la première fois avec le bec vide, la deuxième fois avec le fameux rameau d’olivier, et la troisième… ne revient pas du tout: elle a trouvé son lieu.
A la fin de la quête on "disparait": on ne revient pas.
Quand on commence à chercher, on fait sans cesse des aller et retour, je lance des raids vers le royaume, la terre promise, et je reviens vite fait "à la maison", je retrouve mes petites habitudes, mes traces, mes marques.
Et un jour, je ne reviendrai pas.
Je serai passée de l’autre côté, j’aurai trouvé ma place dans la vie éternelle.
 
Peut-être, sans doute, je serai morte, mais pas forcément. Je crois qu’on peut trouver sa place dès cette vie-là.
 
Et ensuite, c’est l’évangile de l’aveugle guéri en deux temps (Mc 8, 22). La première fois, il voit les hommes comme "des arbres qui marchent". Quelle image superbe! Des arbres qui marchent…
 
Tout est en perpétuelle expansion. Depuis le big bang, l’univers expanse, et dans cet univers la terre, et tout ce qu’il y a sur la terre avec.
Tout naît et croît quasiment de la même façon, du noyau vers l’infini.
Le même jour, un homme peut planter sa petite graine dans le ventre de sa moitié, comme on dit dans les livres pour enfant, et des centaines de fleurs, plantes, arbres pousseront selon sa semence, comme il est dit dans la Genèse: Que la terre verdisse de verdure: des herbes portant semences et des arbres fruitiers donnant selon leur espèce des fruits contenant leur semence.
Tout croît par arborescence.
Comme ma foi, qui, de graine de moutarde deviendra arbre qui marche.
 
Le chêne est dans le gland, le pommier dans le pépin de pomme, la poule dans l’oeuf, l’homme dans l’ovule fécondé, tout est là, tout demande à vivre, à se développer, à grandir, toute forme de vie est appelée à croître et multiplier ses fruits.
Quand l’enfant a cessé de grandir, ses cheveux, ses ongles, ses dents continuent de pousser, sa peau se renouvelle, le mouvement de la vie continue en lui, son corps est sans cesse en activité, même le dimanche! Le Père ne cesse jamais d’être à l’oeuvre, la vie ne cesse jamais de se manifester en nous et partout autour de nous.
Pour en revenir à l’aveugle de Marc: ce n’est qu’à la deuxième imposition des mains, qu’il est complètement guéri, et il voit les hommes tels qu’ils sont (est-ce vraiment un progrès?).
Cette idée que les choses vont se faire petit à petit est incroyablement libératrice pour moi.
Je vais enfin pouvoir quitter les sombres marais du terrible "toutourien" où règne en maitresse exigeante l’obsession de la perfection, et me contenter de ce que je suis."
 
L’obsession de la perfection… personnellement je l’ai aussi rencontrée, tout de suite après la vanité du "parce que je le vaux bien". Et les terribles marais du "toutourien" ou le tout est aussi redoutable que le rien… j’y ai pataugé longtemps. Depuis pas tellement de temps je me contente aussi de ce que je suis. J’espère que la Vie qui continue à me modeler quotidiennement me gardera longtemps dans cette état d’esprit. J’ose même espérer ne pas en sortir.Il est bien moins… et bien plus… il est juste à la dimension qui me permet de bien vivre quoi. 
 
 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :