3 février 2010
"Vendredi 9 février.
Seigneur, il y en a qui t’aiment mille fois plus que moi, mais personne ne t’aime comme je t’aime, parce que chaque amour est unique.
Il n’y a personne que tu aimes comme tu m’aimes. d’où l’importance de chaque être vivant sur terre.
 
Semblabe à mon frère, conçue sur le même schéma, créée comme lui à l’image de Dieu, remplie du même esprit, je suis pourtant complètement différente. Je crois qu’il n’y a pas deux personnes dans ce bas monde qui ont exactement la même vision de leur créateur.
Et tant mieux! Cela prouve à quel point Dieu est infini."
 
Mon Dieu suis-je si proche de Claire que çà? Combien de fois me suis-je fait cette réflexion? J’ai eu formulé cette interrogation auprès de quelques uns déjà.
 C’est vrai: aimer c’est quoi? C’est comment? Qui peut affirmer que ce qu’il ressent ressemble à ce que ressent celui qui est à l’origine de ce sentiment étrange?
 J’aime… oui. Mais j’aime de "mon" amour. Il n’est que ce que moi j’appelle amour. 
J’ai abandonné d’y réfléchir. Parce qu’en fait ce qui importe c’est bien de ressentir cette chose que chacun de nous appelle "amour", non?  
En redécouvrant ce passage de Claire qui n’avait pourtant jamais attiré mon attention (et çà m’étonne!), en me le "ré-appropriant", en revenant sur cette certitude qu’il y a sans doute autant d’amour que d’êtres sur terre, en relisant la dernière phrase du jour… je saisis un peu plus encore combien Dieu est infini… tout comme son Amour.