Chapitre II page 97. Nous avons dépassé le milieu du livre depuis 3 pages seulement…

"Samedi 21 janvier.
Guidée par ton Esprit, portée par ton Fils, aspirée par ton Amour, je te rejoins en vérité.

Je prends conscience que ma foi et mon amour sont encore trop impulsifs, instables, liés à l’émotionnel, soumis à de grandes fluctuations, le fameux phénomène montagnes russes.
Être sûre de son amour c’est être invulnérable, pacifiée, rassurée. Tout ce qui me manque tant.

Entrer le plus rapidement et le plus profondément possible dans la véritable dimension de l’amour, qui, quand il rime avec toujours, rend plus fort que la mort.

Je crois que Claire en dessinant a encore repris ce qu’elle ressentait. Comme l’arbre qui tourne ses racines vers le ciel, elle a donné un effet miroir de ce petit cœur dans un bien plus gros… amour, Amour toujours. Invulnérable, "a-paix-sant", rassurant. Ce qu’elle a découvert et qui sans doute ne lui manque plus. Avez-vous remarqué que ce sont ces jours là qui lui demandent le moins de réflexion? Quand elle se révolte elle écrit des pages et des pages, quand elle "abandonne" c’est comme si tout était dit. Çà l’est en fait.

One Response to Chapitre II page 97. Nous avons dépassé le milieu du livre depuis 3 pages seulement…

  1. Isabelle dit :

    "quand elle "abandonne" c\’est comme si tout était dit. Ça l\’est en fait."C\’est tout à fait vrai 🙂

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :