"Mardi 10 janvier
Sois ce que tu es… je comprends ce matin ce que je suis: une formidable capacité à aimer. Une fois que j’ai compris cela, j’entre en pleine possession de mes moyens, dont je connais maintenant la finalité: aimer Dieu de tout mon cœur, de toute mon âme, de toute mon intelligence et ma force. Non, ce n’est pas un commandement, c’est un don, encore un, une direction vers laquelle tendre.
De tout mon cœur, parce que le cœur est le lieu de la capacité d’aimer.
De toute mon âme — le lieu où se trouve et se développe ma volonté d’aimer.
De toute mon intelligence — le discernement, la possibilité d’aimer.
Et ma force.

Toute ma capacité, ma volonté, ma possibilité d’aimer, et toute ma force à le faire, élevée et tournée vers le créateur pour qu’il m’apprenne à l’aimer. Le plus important de tout étant forcément le cœur, où tout se décide.
Tourner vers Dieu ma capacité d’aimer pour qu’il la rende forte, plus complète, plus juste, plus sainte, plus parfaite.
Lui rendre tout ce qu’il m’a donné, puisque c’est lui qui me donne vouloir, pouvoir, discernement et force.

Ajouter en prime la joie d’être dans ce processus d’amour éternel, ajouter ce qui n’était pas demandé, la joie et l’allégresse, qui doivent venir spontanément à l’esprit, montrer du cœur, preuve qu’on est en train de comprendre l’essentiel.
Plus j’entre dans le dessein, plus je comprends la logique, plus je suis dans la joie, forcément.
Plus je perce le mystère du Père, plus ma joie est complète.
La joie est donc bien le garant, le signe de la sainteté qui commence à passer.

Le cœur physique est le moteur de la vie, l’endroit où le sang passe et se nettoie. Le liquide de la vie transite par le cœur.
Le cœur spirituel est le moteur de la vie éternelle, le lieu où se fait la grande lessive, le grand recyclage. De la même façon que le sang usé se régénère dans le cœur physique, grâce à l’apport d’oxygène, si je me souviens des leçons de 3°, le cœur spirituel est le lieu où tout ce qui fait obstacle à la lumière est détruit sous l’action du souffle de l’Esprit, et où ma capacité d’aimer se régénère.
Les sacrements, une fois de plus.
Mon âme éternelle, où était-elle avant ma vie d’ici bas?
Est-ce elle qui a appelé, dans le secret de la chair maternelle, l’acte d’amour, l’acte concepteur?
Je suis déjà, venez me mettre au monde.
J’ai des velléités d’indépendance, je veux savoir ce que c’est: être homme.
Aujourd’hui, elle sait ce qu’elle voulait savoir. Elle est indépendante de son créateur, elle agit par elle-même, pour elle-même.
Pourtant, la grande leçon est d’apprendre que sa seule finalité, son unique raison d’exister est de retourner d’où elle vient, retourner au Père.
En transit dans mon corps, en visite dans la chair, pour devenir plus sage, plus sainte.
Et le jour du dernier souffle, elle repart, enseignée, libérée des chaines de la chair.

Mon cœur éternel, où était-il avant ma vie d’ici?

Même quand c’est trop dur à comprendre, rester dans la parfaite confiance."

 Il est profond ce passage. Beau. Vrai. L’âme de Claire a rejoint le Père, elle est libérée des chaines, sage, sainte. Capacité d’amour éternel. Rien à comprendre, dans la confiance aimer…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :