Toile de Maître…

5 septembre 2009
Anne-Marie m’a donné sa permission de vous partager sa belle phrase:
"Nous on a les couleurs, mais c’est la Vie qui tient le pinceau."
Je suis d’accord avec elle, c’est un Autre qui dessine le tableau.
J’ai rajouté une majuscule parce que la Vie elle vient de Lui… c’est mon a-Vie!
Tu m’as dit que tu me l’offrais, tu vois je l’offre à mon tour. Partage…
J’aime aussi quand on écrit à deux mains!



A la demande générale je continue…

5 septembre 2009
"Lundi 9 Janvier. Baptême du Christ.
Je suis consciente de l’actuel embouteillage dans ma tête dû à la difficile cohabitation de tous mes vieux dossiers poussiéreux. –et surtout de toutes les bandes magnétiques remplies de données erronées– et les infos qui m’arrivent depuis ma conversion.
Je les entends ronronner, ces dizaines de magnétos lançant leurs saletés de messages du matin au soir. "De toutes façons, tu n’y arriveras pas… laisse tomber… tu n’es qu’une ratée… personne ne t’aime… tout le monde s’en fout, de ce que tu écris… pour qui tu te prends? Tu te fais des illusions… tu n’as pas honte?"
Fréquence: Radio-Lucifer.
Dans mon esprit bousculé, des données de vie luttent avec les données de mort, les processus d’anéantissement.
De la main gauche, saisir la cassette, de la droite, attraper la bande, la dévider et la jeter au feu. Çà brûle vachement bien, la bande magnétique.
C’est toujours cette même idée, ne garder que ce qui me vient de Dieu, balancer tout ce qui me vient de l’affreux.
Casser la logique de mes processus de désespoirs."

Je reste toujours pantoise quand, rompant avec mes habitudes (en principe j’écris ces textes le soir et là… une envie …), j’ai comme une réponse à un vécu immédiat. Alors je vais dédier ce passage à 2 lectrices. La première, Geneviève qui a eu droit à une dédicace déjà hier, qui m’a encouragée à continuer de partager ce livre. C’est vrai que parfois je me dis "tout le monde se fout de ce que tu écris… pour qui tu te prends" de croire que c’est une "mission" de continuer à transmettre ce que Claire a voulu elle-même partager. Donc merci Geneviève. Je poursuivrais de toute façon jusqu’au bout, je l’ai promis à Adriana et j’essaie toujours autant que possible de tenir mes engagements.
La seconde, c’est bien toi Anne-Marie, avec qui il m’arrive "de saisir la cassette de la main gauche, attraper la bande et la jeter au feu"… Ensemble "casser la logique des processus de désespoir" on va le faire, hein?