Revoici Claire!

Pardon d’avoir interrompu pendant tant de temps la copie mais j’avoue que çà commençait à devenir ennuyeux.
Alors j’ai bien fait de faire un "break". Aujourd’hui… Claire me manquait!
J’ai donc ressorti mon livre et je vous fais la "lecture" à nouveau:

"Je pense souvent à ce texte, en ce moment. ( Tiens! Qu’est-ce que je vous disais! Comme quoi…)
Oui, je suis bien incapable de me passer moi-même à la salicorne du foulon.
D’abord, je ne sais même pas à quoi cela ressemble, une salicorne de foulon.
Je saurais pas comment faire pour me salicorner: par quel bout me prendre?
Et ensuite je me ficherais sûrement dedans, je connais trop bien ma faiblesse envers l’affreux,
la complaisance de mon oreille quand il chuchote ses bons conseils.
C’est à l’ange d’alliance de me salicorner, c’est à lui de me fondre, de me faire le coup de la grande lessive.

Il faut que j’accorde ma patience à celle du créateur,
que je fasse preuve de la plus absolue confiance envers le sauver que je cherche.
Que je me laisse faire, que je m’abandonne au "supplice" de la salicorne, à l’épreuve du feu.
Après tout, qu’est-ce que je risque?
Un rab de sainteté.
Une brebis n’a rien à y gagner d’avoir des tapons de moutons sous son lit.
Je vais être débarassée d’un tas de trucs inutiles.
Cette nuit, je réalise à ma grande honte
que je suis indéniablement attachée à ces fichus défauts qui me gâchent la vie, me compliquent la route, me prennent la tête.
La jalousie, l’orgueil, l’égoïsme et la possessivité, par exemple, eh bien, j’y suis curieusement attachée.
Si le Christ me propose de m’en délivrer définitivement, j’aurais un instant d’hésitation.
Genre: "c’est à moi, c’est une partie de moi,va pas me mutiler du pire de moi-même".
Curieux, non?
Il faut donc, d’ores et déjà, dans un premier temps,
 renoncer à cette idée que m’ôter ce quatuor, serait me priver de quelque chose.
Voir la vraie vérité:
si je n’étais plus jalouse, orgueilleuse, ni possessive, je serais libérée d’un énorme poids,
et je pourrais mettre l’énergie débloquée dans un truc plus fécond et gratifiant.
Pétard! C’est pas rien de progresser.
On se sait nul, mais franchement au début on se rend pas compte à quel point.
Heureusement!
Eh bien… et elle me manquait?!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :