Des brebis…

28 février 2009
"Mardi 3 janvier.
Le Christ est très clair là-dessus:
"Quand je serai parti, vous ferez des choses plus grandes encore que celles que j’ai faites, parce que j’aurai rejoint le Père."
Cette affirmation m’a tout de suite jetée dans un abîme de perplexité. Plus grande que guérir les paralytiques, ressusciter les morts, marcher sur l’eau, multiplier les pains???
 
Le christ a agi en maître absolu de la vie et de la matière, et nous serions plus forts que lui? Je ne voyais pas bien comment; et surtout, il me semblait qu’on n’en prenait pas le chemin. L’invention de la bombe à neutrons, de l’auto, de l’avion et de l’informatique me paraissent bien minables, à côté de ce que le Christ à fait. Tout çà c’est du bricolage scientifique, les hommes ont avancé logiquement dans le domaine des sciences et de la technologie, ils ont inventé des trucs et des machins les uns après les autres après avoir longuement réfléchi, noirci des cahiers entiers de formulesmathématiques, fait des tas d’essais infructueux. C’est à tâtons que l’homme à mis au point la fusée et le téléphone. Alors que le Christ se fichait bien mal de la technique, il n’avait à sa disposition ni boulangeries industrielles et pourtant il nourrissait les foules, ni labos pharmaceutiques, ni tables d’opération, et pourtant il guérissait les malades.
Il utilisait la force qui sortait de lui, tout simplement.
Et je crois que c’est dans ce domaine là qu’il nous faut aussi oeuvrer.
Dans le domaine de la foi absolue, la foi totale dans le Père, la foi qui ne souffre pas le moindre doute.
 
Depuis quelques jours, je suis dans la Trinité. J’ai commencé à réaliser avec mon coeur, et plus seulement mon intelligence, qu’il était vraiment impossible de se focaliser sur une personne de la Trinité. Le Père l’est parce que le Fils l’est parce que l’Esprit…
C’est toujours l’Esprit qui me pose le plus de problème.
De mémoire, il est celui qui:
  • plane sur les eaux au début de la Genèse; et il semblerait qu’il y ait une idée de fécondationde la création, ce "plane" serait plutôt: "couve", comme un oiseau couve un oeuf pour le faire éclore.
  • parle par les prophètes. Donc, joue le rôle, préfigure, annonce l’incarnation du Christ-Verbe.

Voilà pour l’Ancien Testament.

Ensuite, période intermédiaire, transition. C’est lui qui donne le coup d’envoi au Nouveau Testament, Nouvelle Alliance, en:

  • Venant sur Marie. Après avoir fécondé la création originelle parfaite, il féconde la vierge, paradis inviolé, terre neuve, choisie pour être la mère de la nouvelle création. Il féconde une deuxième fois la création de Dieu (tout être vivant étant une création de Dieu) destinée à être celle par qui le monde serait renouvelé.

L’Esprit est donc avant tout: fécondateur, et source de vie. Donneur de vie.

_ Il "remplit" ensuite Elisabeth afin qu’elle porte témoignage devant Marie. On retrouve alors la même logique, le même processus que dans l’A.T.: d’abord il féconde, puis il annonce. Et Elisabeth exulte, Jean-Baptiste tressaille de joie, comme Marie. L’Esprit est porteur de joie, et plus on se laisse remplir par lui, plus on est rempli de joie (cf. les cris d’allégresses de certains psalmistes).

_ Il descend sur le Christ au moment du baptème et demeure sur lui. (Jean 1, 29).

_ Il est remis par le Fils au moment de sa mort: "et il remit (livra) l’Esprit" (Jean 19, 30).

_ est "soufflé" sur les apôtres le jour de la Pentecôte. Ayant dit cela, il souffle et leur dit: recevez l’Esprit Saint. (Jean 20, 22)."

Obligée de scinder encore ce "jour" parce que Claire avait beaucoup à dire ce soir-là apparemment.

Quant à moi ben là… pas trop.


Chapitre II Destination Trinité

22 février 2009
Revoici Claire et ses brebis, et ses arbres, et ses questions, et ses états d’âme et…
 
"Lundi 26 décembre. St Etienne.
Bon, une chose est de plus en plus sûre et certaine,
ce n’est pas en grattant le sol de mon passé avec ma petite binette que j’arriverai à en faire jaillir la terre promise.
Tous les efforts que j’ai entrepris depuis deux ans pour essayer de devenir apte, conforme, ne m’ont pas mené bien loin.
Je crois même que plus je me colte avec mon petit moi et mon gigantesque vieil homme,
plus je piétine, plus je m’enferme dans l’impossibilité de changer vraiment, de me convertir.
Non, la seule solution est de regarder forward, loin en avant, et de me laisser faire.
De laisser s’ouvrir en moi des espaces nouveaux, où l’Esprit pourra travailler en paix.
Des zones de contact avec le Seigneur, vierges de toute blessure, de tout souvenir, habitude, préjugé,
 où tout est à inventer dans la relation à deux, à trois, à quatre, avec la Trinité.
Où la rencontre avec Dieu se fait féconde et productrice.
 
Il y a en moi un souffle divin, un iota de la personne divine _ donc la personne divine tout entière.
Il y a déjà en moi ces immensités insoupçonnées qui ne demandent qu’à se laisser découvrir et cultiver.
Seigneur, ouvre en moi des espaces vierges, des terres nouvelles,
 et viens m’y retrouver, que je puisse enfin accéder à mon propre mystère."
 
J’avais oublié ce passage. Je le retrouve avec un sentiment mitigé: j’ai dépassé ce stade là… et j’y suis encore.
Bizarre comme ressenti. Je me suis interrompue un moment pour y réfléchir.
Ma conclusion (dans l’instant présent bien sûr) est que je suis en apprentissage de cet abandon là,
sans aucune certitude de l’avoir atteint.
C’est pourquoi j’aime que cette page s’achève sur cette prière de demande… et moi je  terminerai par :
"Seigneur, accéder à mon propre mystère m’importe bien moins
que de te garder en moi suffisamment de bonne terre à l’abri des mauvaises herbes…"

8 février 2009
 
Je sais Anne-Marie que Dieu c’est pas le moment…
Mais quand il n’y a plus rien…
moi, Dieu est tout ce qu’il me reste.
 
N’oublie pas :
si tu es perdue , chez moi il y aura toujours une place pour toi.
Je t’aime très fort et je reste avec toi.
 
A Dieu Yves…
Merci pour cette belle photo…
 


Déjà…

4 février 2009
Déjà 38 ans… on dirait encore une petite fille. Comme si son physique et son mental restaient en osmose…
Bon anniversaire ma Cissou que j’aime!
 


Pour changer

3 février 2009
"Un éclat de rire, c’est une poussière de joie qui fait éternuer le coeur"
Une citation de Jacques Hébert trouvée cet après-midi dans un calendrier.
Je l’ai trouvée si belle que j’ai voulu  la partager.
Je fais ainsi un petit break pour ceux que Claire lasserait…

L’arbre qui marche sur la tête

2 février 2009
Je rappelle que si je reprends ici le contenu de ce livre c’est par révolte face à ceux qui l’ont reçu gratuitement comme l’auteure l’avait souhaité et qui se permettent de le vendre sur des sites d’enchères. Aujourd’hui juste un petit dessin de Claire qui vous permet de constater que nous avons atteint la page 61 du livre :