L’arbre qui marche sur la tête (suite)

"Lundi 7 novembre
Il y a toujours en moi celle qui détruit tout ce qu’on lui donne. Que fais-je des grâces et des cadeaux reçus? Je les garde avec suspicion et je les emballe dans des centaines de couches de papier journal et je les enferme au fond d’un placard sans fond.
C’est pas tout d’avoir besoin d’amour, encore faut-il être capable de le recevoir.
Moi j’en suis toujours incapable. Je tue toute joie dans l’oeuf.
 
Alléluia! Il parait que ceux qui souffrent de ne pas savoir aimer ont en eux une capacité particulièrement forte à aimer, mais que quelque chose bloque l’expression de ce sentiment. Idem pour la confiance, l’harmonie, la douceur etc… la souffrance vient justement du fait que l’amour, la confiance, la douceur qui sont en moi restent bloqués. Pour résumer, il ne s’agit pas d’une absence de sentiment, mais d’une non-concrétisation de ce sentiment.
Je partage volontiers cette excellente nouvelle avec tous ceux qui sentent comme moi leur capacité d’aimer coincée quelque part. La seule solution est de se laisser décaper par l’Esprit Saint. Le laisser ouvrir le coffre aux trésors. Et pour l’instant je n’ai rien trouvé de plus efficace pour m’aider que… la confession honnie de mon enfance."
 
Alors là… cernée? Persécutée? Défiée? Acculée? Ou peut-être… aimée…?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :