« Ton salut passe par la noyade »

4 décembre 2008
"La plupart des hommes évitent soigneusement de lire ce qu’il y a d’écrit. Ce message va à l’encontre de tout ce qu’on a appris. L’idée qu’il faut commencer par se noyer pour être sauvé est irrecevable. La vie est notre bien le plus précieux; on ne va pas aller de son plein gré la noyer dans les flots.
Ceux dont l’âme commence à s’éveiller au mystère au mystère de la foi ressassent ces paroles étranges et dérangeantes. Pour naître à la vie, commence à mourir. Celui qui veut sauver sa vie la perdra.
Assise sur la berge, les pieds dans l’eau, c’est à ce stade là que je me sens.
Partagée entre l’envie de plonger à mon tour _ d’entrer dans le fleuve,de me noyer les flots, de laisser le flot m’emporter, me tournebouler, m’arracher une à une mes certitudes et mes frusques, laisser le flot m’emmener dans cet ailleurs radical où je devrai de toute façon me rendre un jour _ et le désir de me cramponner à ce que je connais déjà, la rive et ses longues algues flottantes, les buissons d’épineux.
Mourir à moi avant de mourir tout court. Dès que surgit le mot mort arrive la trouille. Je vois ce que je perds, je manque de confiance en ce que je gagne.  Je suis comme les enfants: je veux pas que çà change. Je suis pire que les enfants: ma curiosité n’est pas plus forte que mon conservatisme."
Claire lutte contre la maladie quand elle  écrit. Mais quelles sont nos "maladies"? Nos réticences se rejoignent Claire…
 

Avent

4 décembre 2008
Avec un peu de retard, et grâce à la participation TRES active de Zabou, voici un petit montage "à ma sauce" que certains ont déjà découvert dans leur boite mail le jour "j". Juste un petit pensum pour dire que l’Avent est un temps où la joie est de mise. Mais une joie à offrir, à susciter chez les autres mais aussi en soi-même…