Yallah!

22 octobre 2008
Lettre à soeur Emmanuelle,
Oui, j’ose. Un peu tard mais je crois malgré tout que cette lettre sera lue. Depuis longtemps quand je suis assise à mon bureau et que je lève la tête, vous êtes là, face à moi et nous discutons et prions ensemble toutes les deux! J’ai toujours eu envie de vous rencontrer. De partager un moment avec vous cet amour commun pour le Christ et pour l’autre. La vie ici ne l’a pas voulu, je prend donc juste peut-être un peu d’avance sur le futur?
 
Une façon de me préparer à cette question rémanente dans votre discours:"qu’as-tu fait de beau aujourd’hui?" Ben tiens, tout d’abord je vais moi aussi adopter ce tutoiement qui rapproche c’est vrai. Donc tu me demandes ce que j’ai fait de bon aujourd’hui… Tiens, j’ai déjà une grande soeur qui me pose ce genre de question… Pas grand chose serai-je tenter de répondre. Mais en y réfléchissant à deux fois, il me semble que tous ces "grands" interrrogés tout à l’heure à Paris (tu sais: ceux qui sont allés te rendre hommage à ND de Paris) ne songent encore et toujours qu’aux "grandes" choses, les plus médiatiques, celles qui en finalité dans leurs esprits peut-être, feront plus pour eux que pour "l’autre". Alors bien sûr des choses comme celles auxquelles ils font référence je n’en ai pas accompli. J’ai juste essayé de prendre soin de ma famille. Banal. Vaisselle, cuisine, repassage. J’essaie aussi de "penser" ma rencontre Mej de demain. Tu vois, rien de très grand mais seulement ce qui m’implique personnellement dans la vie qui m’est offerte. Mais je ne suis pas sûre que ce soit rien en même temps…
  
Mais ce n’est pas de çà que je voulais t’entretenir. Je me demandais juste ce que tu en as pensé toi de cet hommage des grands? N’aurais-tu pas préféré des actes vers ceux que tu aimes plutôt qu’une messe médiatique? Autre question: Quand je me suis emportée parce que les journalistes qui s’étaient tus pendant la lecture en français se permettaient de couvrir de leurs bavardages la même lecture en arabe, mon mari a, à juste titre à mon avis, comparé çà aux sifflets de l’hymne national dans les stades. Comment inculquer le respect si on n’est pas respectueux soi-même? Aurait-on dû interrompre cette messe pour le manque de respect vers le peuple arabe qui ne pouvait du coup pas entendre? Tu vois j’ai toujours du mal avec "fais ce que je dis, pas ce que je fais". Un prêtre de mes amis te dirait combien çà me perturbe! Peut-on avoir valeur d’enseignement si on ne respecte pas soi-même les règles?
Encore une chose qui m’a génée: Les personnes présentes dans la cathédrale n’auraient-elles pas dûes être celles qui n’avaient pas de cartons d’invitations et celles qui étaient dedans sur invitations n’auraient-elles pas dû offrir leurs places aux autres justement? Enfin, c’est ma vision de la charité… Je me trompe?
 
Plus j’écris et plus j’ai encore de choses à te dire mais… je vais plutôt lever la tête que taper sur mon clavier.  Je te retrouverai mieux dans le silence de ma prière que dans le foisonnement de mes pensées. Ta place face à moi près de la croix de Jésus reste la bonne place. Rien n’est changé.
Merci pour ta présence.
"Le Seigneur fit pour moi des merveilles"