Joy

25 août 2008
Longtemps que je ne vous ai pas parlé de mes lectures. Pas bien.
Donc cet été plusieurs ouvrages sont passés entre mes mains; mais il y en a un qui mérite vraiment que vous le découvriez.
Je vais donc essayé de vous mettre l’eau à la bouche! Ceux qui connaissent "Jade et les sacrés mystères de la vie" comprendront tout de suite si je précise que mon livre est du même auteur: François Garagnon. Je ne vous fait pas languir davantage, le titre: "Joy et la divine quète du bonheur".
Mais ne vous y trompez pas… Joy n’est pas Jade.
Nous sommes toujours dans une quête spirituelle mais, à mon sens, beaucoup plus approfondie encore. D’ailleurs, je vous préviens tout de suite: 465 pages. J’ai eu la prétention, quand a commencé mon émerveillement, de vouloir répertorier les pages où je tenais vraiment à relever un passage: impossible! Il me faudrait presque recopier tout le livre!
Mais l’éditeur a eu la riche idée de faire un index, en fin de livre, des passages les plus plus plus beaux 
Je préfère, plutôt que d’y puiser, vous partager une petite fin de phrase qui a retenu mon attention, juste avant que je ne referme le livre:
"… les sourcils en accents circonflexes et le coeur en alléluia."
J’ai pensé:
"Tiens… c’est un peu moi çà.
Toujours tant de questions, tant de doutes mais sans que jamais ma foi profonde ne soit atteinte."
Puis en y pensant encore un peu plus:
"Tout compte fait il vaut mieux çà que l’inverse. Alléluia!!"
Si l’envie vous est venue de lire Joy, ce livre est édité par Monte-Cristo.
Paix royale!

Qui?

24 août 2008
Seigneur qui es-tu?
Question qui me pousse dans les profondeurs de ma foi.
Je serai tentée de répondre que celà dépend des moments.
Tu peux être… le plus terrible comme le plus tendre de mes compagnons de route dans ce qui fait ma vie de chaque jour.
Mais comme j’ai intitulé ce blog "carpe diem",
aujourd’hui Jésus je te vois tel l’ami assis sur un banc près de ma porte
et qui attend, patiemment mais obstinément, que j’aille m’asseoir près de lui…
Celui qui est convaincu que j’irai un jour.
Ce qui est cool c’est que je sais que j’irai aussi… un jour.

Vacances…

23 août 2008
Coucou! Me revoilou!
Ben oui pas très bavarde pendant les vacances
 mais pfft que c’est dur!
Vivement la rentrée que je me repose enfin!  
Comme le chanterai Annie Cordy: "Entre la cure et les enfants et le péle…rinage,
la vie est dure quand on aime rigoler!"
Bon trêve de rigolade, que je vous raconte un peu quand même.
La cure d’abord.
En elle même pas de miracle, mais je n’en attendais pas donc: pas de déception.
Mais que c’était bon de se retrouver à deux, au calme!
Puis la montagne…
Ô pas la grande mais juste à ma taille en fait: la montagne à vaches!
Belle, ensoleillée… Espace, vide, silence, beauté…
Première tranche de bonheur, de grâce.
Enchainons, comme ce le fut, avec le pélé des servants d’autel.
Lucidement (mais difficilement quand même) j’ai laissé apparaitre mes limites.
Je paie trop cher quand je les dépasse, je ne veux plus le faire.
Puis je crois que là aussi je dois faire preuve de sincérité.
Mes souffrances sont devenues une part de moi que les autres ne peuvent accepter
 que si j’accepte moi de les montrer.
Ne les montrer que quand çà déborde est injuste pour tous,
parce qu’alors elles sont au paroxysme de leur effet destructeur.
Je promet ici que je vais tout faire pour que çà n’arrive plus.
Je m’y emploie, c’est pas toujours facile.
Qui ne souhaiterait  toujours montrer le plus beau de sa personne?
Qui souhaite donner une image de soi diminuée?
Personne je crois. D’où la difficulté.
Mais ne suis-je pas la plus forte?.. Hein?.. MDR!!!!
Tout çà pour dire que j’ai vécu ce pélé à Lourdes avec les servants MAIS à mon rythme.
Et… ce fut du BONHEUR!!!
Bon, il y a bien eu quelques minimes difficultés inhérentes à la gestion de tout groupe…
quelques envies de révoltes face à la bétise humaine des "autorités"…
mais des broutilles tout çà face au plaisir de se poser ensemble sous le regard de Marie!!
Enfin, j’en termine avec les petits-enfants:
La petite Ophélie qui grandit si vite et si loin…
mais que nous avons eu le bonheur de voir deux fois quelques jours.
Petit bout de chou pas plus haute que trois pommes et qui discute déjà comme un livre.
Si drôle ma Doudoucette!
Corentin qui change, qui grandit à vue d’oeil.
Je crois qu’enfin il passe du tout petit au grand garçon.
Moins "collé aux jupons" et plus de pouce à la bouche (dans la journée)!
Je suis fière de lui.
Je me fait tant de soucis pour mon Doudou d’amour…
c’est un peu comme si il voulait me rassurer avant son éloignement, à la rentrée.
Quand à Coralie…
Le problème s’inverse… encore "petite" qui se croit et se veut surtout si grande, trop grande.
Un physique qui ne l’aide pas: 12 ans mais un corps qui en parait bien plus.
Des décolettés plongeant qui frisent l’indécence et qui m’effraie…

puis un soupçon d’insolence, d’irrespect, de rebellion par dessus tout çà…
Mais ce qui m’effraie le plus c’est que ses parents semblent aveugles!
Maman absente….
Non!! plutôt incitante à la "débauche" (vêtements, portable, sorties, etc…)!
Facile quand c’est juste pendant trois semaines…
 Papa trop tolérant là où il devrait tenir, et trop dur là où il devrait lâcher…
Une situation familiale qui est "en chemin" vers la stabilité j’espère…

Enfants du divorce parmi tant…
Bref, tant d’inquiétude pour ma Doudouce aussi…
Donc je résume: super les vacances, mais ni pour le corps ni pour la tête.
 Heureusement qu’il reste… le !!
Ouf bavarde pour un retour non?
Je trouve; alors juste une petite conclusion et j’arrête:
VIVE LA RENTREE!!
 
 
 
 

Marie…

15 août 2008
Pour écrire ce billet, j’ai choisi une couleur.
Bleue.
Bleue… comme les yeux de ma petite-fille qui dans un "Mamilie" met déjà tant de tendresse.
Bleue… comme le ciel cet après-midi qui redonnait un goût d’été à ce mois d’août plutôt frais.
Bleue… comme la nappe qui recevait ce soir notre repas partagé en famille "élargie".
Bleue… comme la ceinture dont on te pare le plus souvent Marie.
Alors ce soir je pense:
Bleue… couleur de l’Amour!
Réjouie-Toi Marie comblée de grâce, Tu es bénie entre toutes les femmes…

coup de gueule!

8 août 2008
Ras le bol que chaque fois que dans une conversation je ne suis pas en accord avec mes interlocuteurs, on me balance mes valeurs chrétiennes par la figure!! Sous prétexte que je suis chrétienne et fière de l’être, je dois tout accepter. Je ne suis pas sûre que ce soit juste. Si çà l’est et bien, de toute façon, je reconnais être une bien piètre chrétienne; alors çà ne change pas grand chose même si souvent (parait-il) je suis en contradiction avec les dites valeurs!! Voilà. Je devais le dire quelque part, et çà fait du bien!!!