encombrement…

29 juin 2008
Je viens de préparer mon pilulier pour la semaine.
Une réflexion  en voyant l’amoncellement des différentes boites
répandues sur la table de ma cuisine:
c’est l’image de la place que la maladie a pris dans ma vie.
Et en analysant le fouillis que çà représentait::
 voilà, le bazar qu’elle a mis dans nos vies…
Bien sûr j’entends certains me répondre:
"Pourquoi fais-tu un pilulier?"
Tout simplement parce que cette même maladie
a transformé ma mémoire en un vaste morceau de gruyère:
des trous partout.
Surtout à l’heure de mes médocs.
Même quand je viens de les prendre,
je ne suis pas sûre de l’avoir fait et je dois vérifier
si la case du-dit pilulier est bien vide!
 
Publicités

Réponse!

27 juin 2008
Merci Béa de Lui servir d’intermédiaire pour répondre ainsi à la question que je viens juste de poser…

  De nos jours, la plus terrible maladie en Occident n’est pas la tuberculose ou la lèpre,

c’est de se sentir indésirable, pas aimé et abandonné.

Nous savons soigner les maladies du corps par la médecine, mais le seul remède à la solitude, au désarroi et au désespoir, c’est l’amour.

Beaucoup de gens meurent dans le monde faute d’un morceau de pain, mais il en meurt bien davantage faute d’un peu d’amour.

La pauvreté en Occident est une autre sorte de pauvreté ; ce n’est pas seulement une pauvreté de solitude, mais aussi de spiritualité.

Il existe une faim d’amour comme il existe une faim de Dieu.

Mère Térèsa


???

27 juin 2008
Que proposer à un enfant qui vient se blottir avec compulsion contre vous? Quelle réponse donner à sa souffrance? Comment combler son manque? …
Comment ne pas en vouloir à ceux qui sont à la source de ce questionnement? …

Jeunesse Lumière et MEJ

8 juin 2008
Partager à chaud… c’est pas facile mais tellement plus chargé en émotions…
Par où commencer?
Le sujet d’abord bien sûr!
Un week-end "cohésion" serait je crois la définition exacte.
Oui, nous avions le désir de "lier" un peu nos groupes Mej.
De mes petits F’nous au grands EA (Equipes Apostoliques!).
Bon, les plus grands n’ont pas joué le jeu.
Mais révisions et exams les excusent.
Le verbe… ben… le Verbe!!
C’est cela.
 Le verbe définissant l’action,
 il est juste d’admettre que Lui seul pouvait faire "prendre la mayonnaise"!!
Le complément de lieu:
Un petit coin de campagne montagneuse,
un ancien séminaire,
aujourd’hui  école "Jeunesse-Lumière".
Des arbres, des fleurs,
du calme…
(enfin, j’avoue que nous avons amené un peu de perturbations à ce niveau!).
Complément de manière:
Prière! Ah… comme c’est tellement çà pour moi!
Comme ces prières qui rythment le jour, la vie,  c’est bon!
Plus besoin de montre. D’horloge.
C’est un peu comme si la machine enfin laissait la place à l’homme, à l’Homme.
Laisser le temps retrouver sa place naturelle.
Chanter… prier… prier… chanter…
petit à petit lâcher prise…
sentir la paix, Sa Paix s’installer…
 
 
Il manque quoi encore pour construire ma phrase…
Complément d’émotions çà existe? Non? Ben je le crée alors:
 

imaginez une magnifique, minuscule chapelle, style byzantin…
petit temps de prière personnelle et… solitaire.
 Mais… surprise, Surprise!
finir par une dizaine à Marie… à deux! Main dans la main…
Bonheur! (Merci!)
J’ai oublié donc de vous dire: j’avais réquisitionné mon époux!
 
Aussi retrouver mes "p’tits gars"…

Plus particulièrement je citerai Luiz…
Luiz qui aura toujours une place particulière dans mon coeur 
puisque je l’ai "adopté" comme filleul dans mes prières spéciales "vocations".
Bref, c’est une histoire entre Lui… z  et moi!
Bien sûr Christoph et Pierre, je ne les oublie pas.
Surtout que Pierre reste JL une année de plus,
 donc sans doute possibilité encore de se voir.
 
Enfin, côté "cohésion" je crois qu’au moins, côté animatrices,
avoir vécu ces deux jours ensemble nous a permis de nous rapprocher.
La marche avec l’une vers la chapelle dans la "montagne"
fut l’occasion d’un partage,
 par exemple sur  ce qui a motivé notre engagement dans le MEJ.
Ce qui nous a séduit depuis, ce qui nous gêne…
Avec la plus jeune, un délire photo/dentifrice
 avec fou-rire à la clé a été un bon moment aussi (tenir compte que je suis la grand-mère du groupe!)
La présence sur une partie du séjour de notre animateur/aumonier
 était aussi pour moi très riche de sens pour les enfants.
Je déplore un peu le manque justement du côté "eucharistique" dans nos équipes,
qu’il soit là comme animateur, mais aussi comme prêtre
 je trouve que c’était si important aux yeux de nos jeunes!
Avec les enfants, les jeunes qui sont restés sur les deux jours… que dire?
Qu’ils ont fait contre mauvais temps bon coeur
 quand le camping sous tentes est devenu camping en salle?
Qu’ils ont tout naturellement été à la rencontre des JL
pour profiter le plus largement possible de ces deux courtes journées avec eux?
Je pense sincèrement qu’ils ont reçu, donné, donné, reçu.
Je citerai  la rencontre d’une fillette adoptée, d’origine lettonne,
"cadeau" pour une "JL" lettonne
qui s’est sentie un peu moins seule dans notre coin de France,
et qui a reçu d’elle un peu de sa culture d’origine.
Par exemple, la légende qui se rattache au drapeau de leur pays…
Petite rencontre… par hasard? Plutôt par Hasard je crois moi!
Puis il y a eu le djembé offert à ce jeune qui est resté avec nous.
Seul "grand" garçon au milieu des filles…
Ses larmes de reconnaissance étaient si émouvantes…
 
 
Voilà… il ne manque que le point final à ma phrase…
Mais j’ai toujours aimé les points de suspension moi!
Je sais enfin pourquoi!!!