Non, çà n’existe pas

                 F aire semblant d’aller bien
                  I gnorer le mal qui s’installe
                            B annir ce mot de mon vocabulaire
                                        R efuser la douleur qui est pourtant bien là
O ublier de crier
                                   M e dire que ça pourrait être encore pire
               Y penser le moins possible
     A voir mal et sourire
             L utter contre cette vérité
                          G arder pour moi ce que je ressens
                       I nventer un nouveau "bien-être"
                    E t toujours refuser d’y croire…

6 Responses to Non, çà n’existe pas

  1. lydie dit :

    Et si, ça existe, et tu la nomme…
     
    Ignorer empêche de d\’avancer dans le "mieux vivre avec". Ne pas vouloir admettre une évidence… n\’est-ce pas un peu… enfantin?
     
    Big bisous, ta grande soeur

    J'aime

  2. yannie dit :

    Ah soeurette … ! Même si tu ignores, même si tu fais semblant,  bannis, refuses, oublies, luttes… les douleurs sont là et tu sais que j\’en sais quelque chose, comme ta Grande Soeur (à qui je dis un grand Bon Jour) !
     
    Alors, essaie en trois étapes : Il y a bien une raison à ces douleurs. Un médecin peut te l\’expliquer et … tu comprendras.
    Ensuite, il te faudra un temps, pour que tu acceptes. Et quand tu auras accepté, tu pourras t\’engager pour faire en sorte d\’aller mieux (si, si, il y a plein de petits trucs !) ou au moins ne pas refuser ce que notre système social peut te proposer pour te soulager de certaines tâches et autres tracas…
     
    Tu n\’es plus très loin : tu as mis LE mot sur ton blog !!!!!
     
    Bisous. Yannie.
     
     

    J'aime

  3. gene dit :

    Je l\’ai écrit c\’est vrai. Mais pour mieux le réfuter! Vous savez bien toutes les deux ce que j\’en pense: un grand fourre-tout que ce mot si savant!
    Comment, ceux qui sont (soit disant) savants, pourraient-ils avouer que certaines pathologies leur échappent? Alors quand ils ne savent pas… ils savent: fibromyalgie!! Un mot bien savant comme eux qui veut simplement dire: on n\’en sait rien! Mais qui rassure (parfois) ceux qui souffrent. Savoir ce qu\’on a est rassurant, ils le savent. Alors ils rassurent.
    Ben… pas moi. Je préfère quand on me dit "je ne sais pas". Qu\’est-ce que çà peut me faire si il n\’y a de toute façon aucun moyen pour "guérir"? Il suffit que, comme tu le soulignes Anne-Marie et comme tu me le dis si souvent grand\’soeur, je sois capable de "gérer". Ca commence pareil par un G.
    Comme Grandir… mais je suis encore une enfant, n\’est-ce pas Lydie? Donc comprendre… le mal? Qui le peut? Accepter… la souffrance? Seulement par obligation. M\’engager… je pense que sur ce point seulement je suis capable de progrès, parce que çà peut être un bien pour ceux qui m\’entourent.
    La seule chose qui me réjouie, qui fait que je ne regrette pas ce billet et ne me donne plus envie de l\’effacer, est de vous voir réunies ici. Je vous aime très fort toutes les deux. Si vous n\’étiez pas à mes côtés sans doute serai-je encore bien plus petite face à… mes douleurs. Tenir vos mains très fort est, je le crois, la seule bonne thérapie qui soit! :-)) 

    J'aime

  4. lydie dit :

    Ma tite soeur terrible,
     
    Le mot n\’est pas si savant, et tu le connais: "fibro, de fibres,my, de muscles, et algie, de douleur". C\’est très clair, non? Mais si tu trouves le mot trop savant, tu peux AUSSI utiliser le mot africain (entre autre au Tchad). Ils l\’appellent la "totalgie". Je trouve que ce mot dit tout: "MAL PARTOUT!!!" Là-bas, ils font moins les "savants", admets-le. Et pourtant, là-bas ça existe aussi!!! Ce n\’est donc pas un problème de nos "pays industrialisés" comme tu pourrais le penser. Ce qui est, est réellement.
     
    Comme je te le dis, tu n\’es pas "raisonnable", car ceux qui t\’aiment aimeraient te raisonner pour que tu puisses avoir un "confort de vie" un peu amélioré. Si nous, Yannie, que je salue chaleureusement, et moi essayons (en vain jusque maintenant, mais nous sommes têtues), de te raisonner, c\’est que nous aimerions que tu souffres moins. Avoir de l\’aide lorsqu\’elle est nécessaire n\’est pas "abuser" du système. Gino et tes anfants, et le reste de ta famille ont toujours cotisés et le font encore pour que toi, comme  tant d\’autres, puissiez avoir ce auquel vous avez droit.
    Personne de nous choisit d\’être malade. Mais lorsque la maladie vient, ne refusons pas cette acte de solidarité envers nous qui est lacotisation sociale. N\’oublie pas que tu ferais affront, et que tu blesserais profondément ceux qui ont luttés pour que cette solidarité voit le jour.  Non, je ne suis pas syndicaliste…
     
    Pourquoi as-tu peur de "mieux vivre" avec cette maladie REELLE qui t\’accable au point de diminuer ta qualité de vie??? Trouver la réponse, c\’est TE permettre de mieux te prendre en mains. Alors, c\’est partie pour une bonne réflexion honnête??? ;-)))
     
    Je vous embrasse toutes deux, Pervenche

    J'aime

  5. laure dit :

    Bien, je pense oui, que la meilleure façon de comprendre c\’est déjà de le dire, de l\’écrire et tu l\’as fait. C\’est bien ! c\’est même très bien gene ! Comme je te le dis , pourquoi faire semblant, pourquoi le cacher, pourquoi le supporter seule ? "Zutt ! ça fait mal ! j\’ai le droit de le dire , non ?"
    Je suis convaincue que de le "DIRE" et ce n\’est certainement pas "SE PAINDRE", bien c\’est un grand pas en avant pour savoir, comprendre et accepter. En acceptant, est-ce qu\’on apaise la souffrance, les douleurs ? Ché pas mais ça fait certainement réfléchir et tu pourras effectivement essayer de faire , comme le dit ton amie Yannie, un "petit"truc" parce qu\’il y en a! mais tu ne pourras le trouver et nous pouvons t\’y aider ,  que si tu le dis, que si tu l\’écris, que si nous le savons, gene ! Mais déjà de le dire, de l\’écrire c\’est effacer un peu la douleur  ! et d\’accepter c\’est vivre avec , sans que ça soit un boulet,  AC-CEP-TER !
    Tu vois j\’ose et j\’ai l\’audace de dire ça, alors que tu me connais ! mais c\’est tellement sincère de ma part et je sais , oh combien c\’est difficile d\’accepter les choses que je comprends aussi que la douleur vient bien de ne pas savoir, de ne pas vouloir accepter, mais comme me l\’a dit souvent un ami que tu connais tès bien  "pas facile , mais pas impossible", oui gene c\’est pas facile ! mais ce n\’est pas impossible.
     
    Je t\’aime gene, et tu sais aussi que ce n\’est pas facile d\’aimer pour moi, mais tu vois je commence à le dire. A accepter que je puisse aimer les autres et surtout d\’être aimer !
     
    Gros bisous, gene, gros bisous
     
    Laure

    J'aime

  6. Isabelle dit :

    Non, pas faire semblant ! Etre….
     
    Courage !!!
     

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :