Pardon

15 septembre 2007
Quelques mots jetés ici et le trouble apparait…
 
A vous qui vous êtes inquiétés, je vous demande pardon.
 
C’était certes l’expression d’un "ras-le bol"
 mais certainement pas celle d’un "désespoir".
Je suis fatiguée, oui.
Fatiguée de douleurs,
fatiguée de soucis,
mais le moral ne flanche pas!
Enfin…
pas au point où vous aviez cru le ressentir.
 
Il ne faut pas vous inquiéter pour moi.
Un peu de repos et il n’y paraitra plus.
Pardon donc à toi ma Caline,
pardon à vous mes amies proches ou lointaines.
 
Je ne le ferai plus, promis!