Les mots, mes mots

11 avril 2007
Les mots.
 
Les mots qui trompent,
les mots qui blessent,
les mots qui volent,
les mots qui  irritent,
les mots qui ordonnent,
les mots qui détruisent…
 
mes mots qui refusent,
mes mots qui supplient,
mes mots qui  cherchent,
mes mots qui questionnent,
mes mots qui acceptent,
mes mots qui mendient.
 
Les mots qui se taisent… mes mots qui aiment?

Les mots

2 avril 2007
Ma grand’soeur de coeur, qui cherche tant à m’aider à faire le deuil de maman, m’a envoyé  il y a quelques jours un diaporama devant lequel j’ai fondue en larmes. Je n’ai pas pu dire à maman ce que j’avais prévu de lui dire, et ce que j’aurais dû lui dire bien plus tôt. Et là, sur mon écran tous  les mots y étaient! Sur le moment, j’ai eu si mal. Pour dépasser cette douleur,  j’ai décidé de permettre à tous de lire ces mots sur ce blog. Qui les lira? Je ne le saurais jamais. Peut-être … toi maman? Qui sait jusqu’où peut aller le virtuel?…
 
Merci à l’auteure de ce texte de me permettre de le faire paraitre ici.
 
Maman le savais-tu?
Je  t’en prie pour une seule fois, écoute-moi!!!
Ce soir, j’ai le goût de parler avec toi.
J’ai plein de choses à te raconter sur moi.
Ca me ferait du bien de me sentir aimée…
S’il-te-plait pour une seule fois, veux-tu m’écouter?
Depuis longtemps déjà, que j’essaie de me rapprocher…
J’aurais tellement aimé que tu puisses être fière de moi…
Hélas, j’ai cessé d’espérer…
Dans ton coeur, il n’y avait pas de place pour moi…
Dis maman, est-ce que tu savais?
J’ai dû traverser beaucoup d’épreuves dans ma vie,
et au fond de moi, je n’ai jamais senti ton appui…
Parfois, çà m’aurait fait du bien que tu sois là…
J’ai même déjà rêvé que tu me prenais dans tes bras…
Pour que je puisse enfin me reposer sur toi…
Dis, maman, est-ce que tu le savais?
Je suis rendue à plus de cinquante ans maintenant…
Et bien malgré moi, dans mon coeur,
Il y aura toujours ce vide de toi…
Si tu savais comme je me sens fragile…
Et pourtant, je suis une grande fille maintenant.
Toi qui un jour m’a donné la vie,
par amour ou par raison,
dis-moi, maman, aurait-il mieux fallu que je sois un garçon?
Il y a des choses qui sont difficiles à ignorer…
Mais jamais, comme l’est notre propre conscience…
Il faut apprendre à écouter, pour espérer comprendre…
Tout peut naître de l’amour, même la haine…
Mais l’amour, lui, ne trahit jamais…
Il pardonne toujours, et c’est pour cette raison
Que je te pardonne maman…
Et même si c’est difficile pour moi ce soir,
j’ai quand même le goût de dire:
"Je t’aime maman"
"Ta fille xxxxx"
 
Claire de la Chevrotière

Dieu…

1 avril 2007
"Dieu tombe goutte à goutte du ciel,
et larme à larme de nos yeux."
(Victor Hugo)
 
 
J’aimerais recueillir chaque goutte, chaque larme .
Donner une goutte, une larme de Dieu à tous ceux qui le cherchent…
pour abreuver leur soif de Lui!