-18

6 décembre 2006

Attendre, c’est aussi accepter de se laisser conduire.
Aujourd’hui, ce n’est plus moi qui décide  quand, comment, qui, où, pourquoi… 
c’est Toi mon Dieu qui sais, qui décide. J’attend. 
J’ai choisi les mots de John Newman
pour exprimer ce soir cette patience nouvelle que tu m’as donnée!
 
Conduis-moi, douce lumière,
A travers les ténèbres qui m’encerclent.
Conduis-moi, toi, toujours plus avant !
Garde mes pas : (…) :un seul pas à la fois
C’est bien assez pour moi.
Je n’ai pas toujours été ainsi
Et je n’ai pas toujours prié
Pour que tu me conduises, toi, toujours plus avant.
J’aimais choisir et voir mon sentier ;
mais maintenant :
Conduis-moi, toi, toujours plus avant !
Si longuement ta puissance m’a béni !
Sûrement elle saura encore
Me conduire toujours plus avant (…) 
Jusqu’à ce que la nuit s’en soit allée…
Conduis-moi, douce lumière,
Conduis-moi, toujours plus avant !